Rétrospective Erik L’Homme

Thesupermat — Travail personnel. Sous licence CC BY-SA 3.0 via Wikimedia Commons - http://commons.wikimedia.org/wiki/File:Paris_-_Salon_du_livre_2012_-_Erik_L%27Homme_-_001.jpg#mediaviewer/File:Paris_-_Salon_du_livre_2012_-_Erik_L%27Homme_-_001.jpg

Né en 1967, Erik L’Homme fait partie de cette nouvelle génération d’écrivains français, au même titre que Pierre Bottero

C’est d’ailleurs en collaboration avec le très regretté auteur d’Ewilan qu’il signe la série A comme Association, écrite à quatre mains, portée par deux voix, celles de Jasper, derrière lequel se cache L’Homme, et de Ombe, à qui Pierre Bottero n’a pu écrire que deux romans. 

Mais c’est surtout grâce à la trilogie Le Livre des Etoiles qu’Erik L’Homme se fait un nom dans le paysage de la fantasy française.
L’île d’Ys s’est détachée des côtes françaises il y a des siècles et depuis ses habitants vivent isolés, sur un autre plan : chez eux, la magie existe. Mais deux Portes qui ne peuvent s’ouvrir que grâce aux graphèmes, cet alphabet magique lié aux étoiles, permettent d’atteindre l’une le Monde Certain, le nôtre, l’autre le Monde Incertain, où vivent des créatures monstrueuses et des peuples sauvages. Deux organisations ont pour but de protéger Ys de l’invasion de ces créatures : la Confrérie des Chevaliers et la Guilde des Sorciers. Malgré les apparences, les habitants d’Ys n’évoluent pas dans un monde uniquement médiéval. Ils ont accès à toutes les technologies du monde réel.

Le personnage principal de l’histoire, Guillemot de Troïl, se découvre par hasard une aptitude à la magie et devient l’apprenti du puissant et célèbre Maître Qadehar, qui ne tarde pas à se rendre compte du potentiel extraordinaire de son élève. Un potentiel qui attire la convoitise du grand ennemi d’Ys, la terrifiante Ombre, dont on ne sait rien à part l’étendue considérable de ses pouvoirs magiques. Guillemot et ses plus proches amis se retrouvent pris dans un complot qui pourrait changer fondamentalement la vie dans les trois mondes si on n’y met pas un terme rapidement.
Sortie entre 2001 et 2003, la trilogie se lit très facilement et est passionnante ; le monde d’Ys et ses connexions avec le Monde Certain sont bien développées, tandis que le Monde Incertain est un excellent exemple de monde fantastique pensé jusque dans ses moindres détails.

En 2004, Erik L’Homme enchaîne avec une autre trilogie dans laquelle les étoiles prennent une place concrète : Les Maîtres des Brisants. Ce space-opera, mélange de science-fiction et de fantastique, se déroule dans le système solaire de Drasill, que se partagent deux Empires rivaux, Nifhell la glaciale et Muspell la brûlante. Lorsque la guerre explose de nouveau entre les Comtes-Généraux de Nifhell et le Khan de Muspell, ce dernier envoyant une flotte massive attaquer la Planète Morte qui permet de se déplacer entre les planètes sans passer par le vide intersidéral, les Brisants, Vrânken « Vrânk » de Xaintrailles est envoyé avec son vaisseau « Le Rongeur d’Os ». En effet, c’est le meilleur stratège de Nifhell et son vaisseau est capable d’affronter les Brisants sans passer par les raccourcis, les Chemins Blancs. Avec les jeunes stagiaires Mörgane l’apprentie devineresse, Xâvier l’apprenti stratège et Mârk l’apprenti cuisinier, l’équipage du Rongeur d’Os et les résistants de Nifhell traversent l’Univers dans une course contre la montre pour empêcher la victoire du Khan.

Le plus intéressant dans cette trilogie n’est pas tant dans l’univers de science-fiction, ces deux gouvernements rivaux bien organisés, avec une histoire, un passé commun, mais dans l’univers fantastique des légendaires vaisseaux vivants, des devineresses capables de lire le futur, ainsi que dans la profondeur des personnages, des personnages qui ont une histoire, une personnalité, et qui sont les vraies repères d’une trilogie envoûtante.

En 2006, Erik L’Homme publie une troisième trilogie à l’atmosphère plus sombre et plus ancrée dans le monde réel, bien que toujours classée fantastique : Phænomen. Quatre jeunes adolescents sont internés à la clinique du Lac en raison des problèmes psychologiques qu’ils présentent. Arthur, le cerveau de la bande, doté d’une mémoire qui n’oublie rien, souffre d’une forme d’autisme dû à son cerveau qui se souvient des moindres détails ; Violaine est la meneuse de la bande, elle a des problèmes de violence mais peut se montrer très persuasive ; Nicolas est le comique, et porte en permanence des lunettes très sombres pour pallier sa vision extrêmement sensible ; enfin Claire, qui se prétend enfant des fées, éprouve des difficultés à marcher. Cependant, chacun de ces problèmes est en réalité un pouvoir magique né de l’origine non-terrestre de ces enfants : Nicolas peut voir les choses et les gens en tant que formes colorées, même à travers un mur ; Claire peut se déplacer plus vite que le vent lorsqu’elle en a besoin ; Violaine peut voir l’âme des gens, représentées sous forme de dragon, et les contrôler, la sienne étant un chevalier.

Traqués à cause de certaines connaissances qui leur tombent dessus par hasard, la petite bande s’échappe de la clinique du Lac et part pour un périple à travers le monde et l’Histoire : le trésor des Templiers, les premiers pas de l’Homme sur la Lune, de l’Europe à l’Amérique du Sud en passant par les îles Pacifiques. Au delà de la connaissance d’eux-mêmes, les quatre jeunes découvrent peu à peu que le XXème et le XXIème siècles ont caché à la face du monde des secrets qui les concernent directement. 
Le style a beau être simple, on a beau le classer en tant que roman pour la jeunesse, Phænomen est passionnant du fait justement des questions qu’il soulève sur le rôle des gouvernements, les secrets invisibles et qui pourraient changer le cours du monde.

Erik L’Homme, outre ses romans pour la jeunesse, pour lesquels il est le plus connu, est aussi un écrivain du voyage : il a publié en 1999 un ouvrage sur les dialectes pakistanais, Parlons khowar : langue et culture de l’ancien royaume de Chitral au Pakistan, et en 2010 Des pas dans la neige, aventures au Pakistan. Ce sont des récits à la fois d’exploration, mais aussi d’initiation personnelle et de réflexion sur les peuplades isolées des franges pakistanaises et des contreforts himalayens.

Traduit en 26 langues, Erik L’Homme est un écrivain français de qualité, qui a su imposer son style et qui entraîne le lecteur dans des univers détaillés et des aventures extraordinaires. A lire, vraiment, je vous le recommande vivement !

Publicités
About plumedunet (128 Articles)
Dévoreuse de romans et de séries télés, accro au cinéma. Scribouilleuse passionnée. Trois articles par semaine. Facebook : https://www.facebook.com/laplumedunet Twitter : https://twitter.com/RaphaelleSENNA

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :