Rétrospective Stephen King

Alors que l’Argentine pleure sa défaite et que l’Allemagne fête sa victoire, pendant que la France célèbre la prise de la Bastille et le début de la Révolution Française, laissez-moi vous emmener loin des défilés et des feux d’artifices… Devant vous, la porte vers le domaine du maître de l’épouvante, la clé est là, entrez !

C’est l’été, et nous sommes tous en vacances, à la mer, à la montagne, à l’étranger… Alors quoi de mieux que prendre le temps de lire ? Et, croyez-moi, quoi de mieux que de lire les romans les plus terrifiants de la littérature, allongé au soleil ou assis sous un arbre ?

En effet, rares sont les écrivains qui réussissent à faire peur avec autant de succès, et Stephen King en a fait sa spécialité ! Qui n’a jamais entendu parler de « Shining de Kubrick« , du merveilleux jeu d’acteur de Jack Nicholson, de « Redrum, redrum » ? Pourtant, à l’origine, Shining est un roman de Stephen King sorti en 1977, qui fait aussi peur que le film, et ça, combien d’entre vous le savent ou l’ont lu ? Shining est le troisième roman de l’auteur.

Petit résumé de l’histoire pour ceux qui n’auraient pas vu le film : Jack Torrance a perdu son emploi d’enseignant à cause de son alcoolisme. D’un tempérament colérique, bien que très instruit, il décide de partir avec sa femme Wendy et son fils Danny à l’Hôtel Overlook, au coeur des montagnes du Colorado, pour en être le gardien tout l’hiver. Danny possède des pouvoirs de médium qui lui permettent de sentir dés son arrivée à l’hôtel que cet endroit n’est pas si paradisiaque qu’il en a l’air. Et pendant que la neige coupe les Torrance du reste du monde, Jack cède peu à peu aux énergies néfastes et au charme vénéneux de l’Overlook…

Shining est sûrement le roman le plus connu de Stephen King, il a d’ailleurs vu une suite sortir en 2013, Docteur Sleep (que je n’ai pas encore lu, donc, je ne vous dirai rien sur celui-là), mais mon préféré, qui me terrifie et me passionne en même temps, est sans conteste Roadmaster.

Publié en 2002, l’ambiance du roman donne la chair de poule… On est en Pennsylvanie, pays des Amish, dans la brigade de la police, plus précisément la très étrange Compagnie D. Pourquoi étrange ? Ned Wilcox, qui vient de perdre son père, officier de cette compagnie, dans un accident de voiture, va découvrir le secret terrifiant que cache l’entrepôt D, en rendant visite aux collègues de son père et surtout au chef Sandy Dearborn… L’homme va lui raconter, au fil des visites du garçon qui fait son deuil, la découverte d’une voiture entièrement en bois, une Buick Roadmaster, en 1979, qui provoque autour d’elle des phénomènes paranormaux, et même parfois mortels…

Ce que j’ai le plus préféré dans ce roman que je vous recommande vivement ? Les descriptions de la voiture et de ses créatures, les liens entre les hommes de la Compagnie D et leurs histoires personnelles qui se mêlent à l’histoire de la Buick Roadmaster… Terrifiant parce que tomber dans le coffre de la Buick est un voyage sans billet de retour, passionnant pour la dimension humaine, qu’on retrouve très souvent chez Stephen King, si vous voulez frissonner un après-midi entier, il vous faut celui-là.

En parlant de voiture, je vous recommande aussi Christine, ou « la voiture qui agit comme une femme »... Je l’ai lu il y a longtemps et je ne l’ai pas sous la main pour me replonger dedans et vous dire honnêtement pourquoi il vaut le coup d’être lu, mais comme tous les Stephen King il m’a suffisamment marquer pour que je vous dise que vous ne regretterez pas de l’avoir lu !

Avant de vous parler de la plus grande oeuvre du maître, celle qui traverse tous ses romans, permettez que je vous en conseille deux autres, qui m’ont fortement marqué… Le premier, vous ne devez sûrement pas le connaître, à la différence du deuxième !

Sorti en 1992, Jessie raconte l’histoire d’une jeune femme qui se retrouve seule dans une maison isolée, mais surtout menottée à son lit après que son mari ait voulu s’amuser avec elle. L’ayant frappé pour se défendre, elle lui provoque une crise cardiaque qui le foudroie aussitôt. Rien que ça, déjà, on se dit « bon, elle est fichue », mais comme dans tous les romans de Stephen King, l’horreur ne vient jamais des choses les plus simples ! Alors que la nuit tombe, Jessie entend des voix lui parler, des voix qui correspondent à ses différentes personnalités, et des souvenirs qu’elle avait voulu détruire, et qui l’avait détruite elle, remontent… Et pendant que ses psychoses se déchaînent, une apparition entre dans sa maison et reste silencieusement debout près de son lit toute la nuit…

L’autre roman a connu une adaptation en série télé cette année. Il s’agit de Dôme. Publié en 2009, l’action se déroule dans le Maine, état très cher à Stephen King, dans la petite ville de Chester’s Mill. Un adjoint municipal très ambitieux et son fils sujet à des crises de violence incontrôlables souhaitent transformer la ville en leur terrain de jeu, et la présence du vétéran de guerre Dale Barbara, alias Barbie, ne leur plaît pas. Mais tout se complique quand un étrange dôme transparent sépare la ville du reste du monde. Son apparition soudaine cause plus accidents mortels, mais surtout, c’est le fait qu’il enferme totalement Chester’s Mill qui angoisse la population : livrée à elle-même, c’est la panique assurée… Alors que l’ancien chef hiérarchique de Barbie lui donne l’ordre de découvrir la source du dôme, l’adjoint Jim Reenie commence à profiter du chaos pour asseoir son emprise sur la ville. Ici, c’est plutôt la nature humaine qui fait peur : on sait pertinemment en lisant ce roman que dans cette même situation, on ne réagirait pas mieux que les habitants de Chester’s Mill !

Parmi la cinquantaine de romans et de nouvelles du maître de l’épouvante, il y a une série de livres qui domine : la « Jupiter de son système solaire », autrement dit la saga de la Tour Sombre. Je vous conseille de lire Salem avant de vous plonger dans les sept tomes, vous allez en avoir besoin à un moment… Et sinon, gardez votre calme pendant la lecture, même quand vous vous rendez compte que tel ou tel événement vient d’un autre roman de King qui vous avait paru insignifiant à l’époque ! Le monde de Roland de Gilead et le nôtre sont en interaction permanente et vous n’allez pas lâcher les sept volumes de la Tour Sombre dés que vous aurez compris à quel point cette saga est dense et magistrale ! Je ne vais pas vous raconter l’histoire, ce serait beaucoup trop long, juste vous citer la première phrase du premier tome, Le Pistolero :
« L’homme en noir fuyait à travers le désert, et le Pistolero le suivait ».

Je sais je n’ai pas parlé de Ça, ni de Cujo, ni de Carrie, ni de Désolation, ni de Cellulaire… Il fallait que je fasse un choix et j’ai choisi de vous parler des romans de Stephen King qui m’ont le plus marqué. Si je n’ai pas parlé de votre préféré, laissez-moi un commentaire, et je ferai peut-être une rétrospective numéro 2 !

Voilà…. Bonne lecture !!

Publicités
About plumedunet (128 Articles)
Dévoreuse de romans et de séries télés, accro au cinéma. Scribouilleuse passionnée. Trois articles par semaine. Facebook : https://www.facebook.com/laplumedunet Twitter : https://twitter.com/RaphaelleSENNA

2 Comments on Rétrospective Stephen King

  1. Tu as mis Dirty Dancing, tout va bien 😀

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :